Penpal Tradition est en cours de refonte totale afin d'améliorer, simplifier et adapter l'ensemble des services qui seront 100% gratuits !
Vous serez tenus au courant de l'évolution des travaux.
Les inscriptions sont dorénavant clauses jusqu'à la mise en ligne de la nouvelle version.
Marre de la Pluie

Un neurochirurgien apporte des preuves scientifiques de son EMI

Lancer un nouveau sujet    Répondre à ce sujet    Retour à la liste des sujets / des salons   Bookmark and Share
Membre inconnu - créé le 26/01/2014 à 00h12
Désinscrit

Bonjour,

Voici un impressionnant témoignage d'un neurochirurgien ayant fait une expérience de mort imminente en 2008 et qui, de retour ici bas, a rédigé un livre pour raconter son périple dans l'au delà et tout ce qu'il a découvert sur la réalité de Dieu, omnicréateur, amour pur, sur les anges, purs êtres spirituels, et sur la conscience, individuelle et universelle, collective.

Les mots qu'il utilise pour raconter son expérience sont incroyables, poétiques, on n'est complètement emporté à mesure qu'il nous raconte ce qui lui est arrivé et que chacun de nous connaîtra une fois dans l'Eternité !

http://www.youtube.com/v/N17hUq80eU8

http://leslecturesdeflorinette.over-blog.com/article-dr-eben-alexander-neurochirurgien-a-harvard-raconte-son-emi-111290712.html

Un professeur de neurochirurgie à Harvard a vécu une expérience de mort imminente. Il la raconte dans un livre choc qui fait la une de Newsweek.

« En tant que neurochirgien, je ne n’accordais pas de valeur objective aux expériences de mort imminente »

L’histoire d’Eben Alexander, en dehors de son cursus scientifique hors du commun, est somme toute assez classique : en 2008, à l’âge de 52 ans, il a été victime d’une forme très rare de méningite foudroyante et s’est retrouvé plongé dans le coma pendant une semaine avec un encéphalogramme quasi-plat. Mais, pendant que son cerveau ne montrait pratiquement aucun signe d’activité, Eben Alexander vivait, selon ses propres termes, une « odyssée lumineuse et parfaitement cohérente. »

Les visions qu’il décrit dans son livre correspondent aux représentations les plus traditionnelles du paradis : musique céleste, ciel glorieux, paysages édéniques et papillons multicolores. Une très belle femme l’a même accompagné au cours de son périple dans l’au-delà : « Je me souviens d’elle dans tous les détails. Elle était jeune, avec des pommettes très hautes, des yeux d’un bleu très profond, et des tresses auburn qui encadraient son joli visage. »

Pourtant, il était jusqu’à cette expérience très sceptique sur les NDE et, bien que baptisé, il ne croyait pas à la survivance de l’esprit : « En tant que neurochirgien, je ne n’accordais pas de valeur objective aux expériences de mort imminente. Mais je ne vois aucune explication scientifique au fait que pendant que mon corps reposait inerte sur un lit et que mon cortex cérébral était réduit à l’inactivité par une bactérie, mon esprit, mon moi intérieur, voyageait dans une dimension que je n’aurais jamais imaginée (…) Un univers peuplé d’êtres plus avancés, semblables à des anges. »