Penpal Tradition est en cours de refonte totale afin d'améliorer, simplifier et adapter l'ensemble des services qui seront 100% gratuits !
Vous serez tenus au courant de l'évolution des travaux.
Les inscriptions sont dorénavant clauses jusqu'à la mise en ligne de la nouvelle version.
Marre de la Pluie

L'appel bouleversant du pasteur Saïd, ex-musulman, après les attentat

Lancer un nouveau sujet    Répondre à ce sujet    Retour à la liste des sujets / des salons   Bookmark and Share
Membre inconnu - créé le 26/11/2015 à 22h29
Désinscrit

Il est important pour moi de vous dire que ce qui me choque, ce qui me chagrine, ce qui me fait le plus peur c’est la frilosité des chrétiens, c’est la torpeur des chrétiens c’est ceux-là qui me font le plus peur ce ne sont pas les musulmans qui me font peur, ce sont les chrétiens qui me font peur. Et comme je disais tout à l’heure, il est important qu’aujourd’hui on prenne de la distance avec ce qui est émotionnel.

En ces temps difficiles, en ces temps douloureux où beaucoup de familles sont décimées, sont cassées, sont brisées, je ne vois pas où sont les chrétiens sur le terrain. Je ne vois pas comment les chrétiens aujourd’hui entourent, encadrent toutes ces familles, toutes ces personnes qui sont dans la rue.

Y’a pas besoin de distribuer des flyers ou de leur dire « race de vipères repentez-vous c’est l’heure du jugement dernier », mais pleurez, pleurez.

Il y a des solutions dans la Bible, la Bible me dit de pleurer avec ceux qui pleurent, de connaitre leurs souffrances, d’être juste là, de les aimer.

De leur dire « on est désolé », de compatir avec ces gens-là. Il est important que cet Evangile soit beaucoup plus pratique, qu’on le voit. I

l est important qu’on sorte de nos murs, qu’on sorte de ce confort, nous avons trop longtemps été dans une zone de confort. Il faut qu’on sorte de cette zone de confort et véritablement que cet Evangile s’incarne comme le Christ s’est incarné, en allant sur le terrain, en ayant de la compassion.

Jésus avait des entrailles de miséricorde, il était capable de pleurer face à la mort de Lazare.

Nous, nous devons pleurer face à cette mort. Il y a combien de temps que nous n’avons pas pleuré face aux vicissitudes de la vie, face à tout ce que nous pouvons voir aujourd’hui ? Avons-nous encore de l’amour, avons-nous encore de la compassion ? »

http://www.infochretienne.com/said-oujibou-ce-qui-me-fait-le-plus-peur-cest-la-frilosite-des-chretiens-ce-ne-sont-pas-les-musulmans/

Membre inconnu - posté le 06/12/2015 à 10h29
Désinscrit

Dieu a-t-Il maudit la France ?

Cent trente morts. La Mal a déchiré le voile léger de notre quiétude au soir du 13 novembre. Frappant au hasard, assénant ses coups avec hargne et sans motif, il a emporté avec lui des parents enjoués, la fleur de la jeunesse, des anonymes insouciants. Comment imaginer que, sortant dans la froidure de novembre, ces corps pleins de vie nous seraient rendus criblés de balles et d’éclats ? C’est le mystère du Mal, brut et cru, la souffrance et l’impuissance. Naguère bénie de Dieu, terre qui vit naître tant de saints, la France, fille d’une « Europe grand-mère » (François), est un pays meurtri, morose et sclérosé. Dieu a-t-il maudit la France ?

Le Mal n’est pas une force en soi, un principe qui existerait à côté et indépendamment de Dieu, que Dieu aurait lui-même engendré et qu’il susciterait pour châtier arbitrairement ceux qui lui déplaisent.

« Ne nous laisse pas entrer en tentation mais délivre-nous du Mal. » C’est pourtant un mystère qui nous dépasse et que Jésus lui-même a placé au cœur de notre prière. « Homicide dès l’origine, menteur et père du mensonge » (Jn,8,44), le Mal désigne l’ange qui s’oppose à Dieu et cherche à empêcher son dessein bienfaisant. Cette séparation du Bien, volontaire ou passive, voulue ou subie, apparaissait en creux dans l’interpellation de S. Jean-Paul II au Bourget : « France, Fille aînée de l’Église, es-tu fidèle aux promesses de ton baptême ? ». Ignorer ou renier son baptême, c’est laisser croître le Mal qui, dans notre histoire tourmentée, nous a arraché tant et tant de larmes.

(...)

Dans les épreuves que nous affrontons, l’année de la miséricorde voulue par le Pape François trouve un écho particulier. Citant saint Thomas d’Aquin, François nous rappelle que « la miséricorde n’est pas un signe de faiblesse, mais bien l’expression de la toute-puissance de Dieu ». « Fermes dans la foi », nous implorons sur la France cette toute-puissance. Plus que le fatras des armes et le bruit des discours, la miséricorde peut vaincre tous nos adversaires en les touchant au cœur.

Lire la suite : http://fr.aleteia.org/2015/12/04/dieu-a-t-il-maudit-la-france/