Penpal Tradition est en cours de refonte totale afin d'améliorer, simplifier et adapter l'ensemble des services qui seront 100% gratuits !
Vous serez tenus au courant de l'évolution des travaux.
Les inscriptions sont dorénavant clauses jusqu'à la mise en ligne de la nouvelle version.
Marre de la Pluie

Dieu est-il vraiment bon ? Dieu a-t-il créé l'enfer ? - Page 2

Lancer un nouveau sujet    Répondre à ce sujet    Retour à la liste des sujets / des salons   Bookmark and Share
Membre inconnu - créé le 24/08/2014 à 14h23
Désinscrit

Bonjour,

Je vous partage aujourd'hui le texte suivant que je trouve très actuel :

"Nous vivons assurément l'âge de l'apostasie annoncé pour les derniers temps. En pratique, la plupart des gens sont athées, même si certains conservent une foi théorique. L'indifférence et l'esprit de ce monde prévalent partout.

Quelle en est la cause ?

C'est le refroidissement de l'amour. Les cœurs des hommes ne brûlent plus d'amour pour Dieu et, en conséquence, l'amour du prochain se meurt lui aussi.

Quelle est la raison de cet affaiblissement de l'amour des hommes pour Dieu ? C'est certainement le péché, cette sombre nuée qui voile la lumière divine et la dérobe à nos regards.

Cependant le péché a toujours existé. Comment en sommes-nous donc arrivés au point de ne plus simplement ignorer Dieu, mais de le prendre en haine ? Car l'attitude de l'homme contemporain à l'égard de Dieu n'est pas vraiment une attitude d'ignorance ou d'indifférence ; à y regarder de près, on l'aperçoit teintée d'une haine profonde. Or personne ne hait ce qui n'existe point.

Je soupçonne que les hommes croient davantage en Dieu aujourd'hui qu'à toute autre époque. Ils ont l'Evangile, l'enseignement de l'Eglise et ils connaissent la création mieux qu'auparavant. Ils sont profondément conscients de l'existence de Dieu. Leur athéisme n'est pas une véritable incroyance, mais une aversion pour quelqu'un qu'ils connaissent fort bien, mais qu'ils haïssent de tout leur cœur, comme le font les démons."

Lire la suite sur http://foiorthodoxe.blogspot.fr/2010/07/le-fleuve-de-feu-la-tradition-orthodoxe.html

Anne03 - 68 ans - France métropolitaine - posté le 14/01/2017 à 10h06
Anne03
Hors ligne

Nous, les êtres humains, qui sommes infiniment égoïstes, supportons difficilement les images des massacres, des famines, des enfants mourant de faim, etc. etc. Mais nous les refoulons et refusons de trop y penser. Or, les catholiques voudraient nous faire croire que Dieu est bon alors qu'il VOIT l'immense malheur humain et le supporte. ( Je ne dis pas qu'il en est responsable mais qu'il le voit et le supporte ) C'est inconcevable !

Nietzsche écrivait : " Pour que Dieu soit coupable, il suffit qu'il soit témoin"

D'ailleurs il y aurait beaucoup à dire sur la prétendue liberté et responsabilité de l'homme : notre liberté est limitée par notre patrimoine génétique, notre environnement, notre famille, etc. etc. etc. Et puis, pourquoi les enfants innocents paient-ils pour les fautes des adultes ?

Que l'on croit en un Dieu principe abstrait, qu'il serait présomptueux de vouloir connaître, admettons ! Mais un dieu qui voudrait se soucier de chaque individu, c'est grotesque ! Cette invention est le produit et le résultat de notre faiblesse et de notre lâcheté à supporter le réel.

Gabriel - 40 ans - Belgique - posté le 28/02/2017 à 22h17
Gabriel
Hors ligne

Bonjour Anne,

Dieu souffre peut-être avec nous ? J'avais un jour lu que chaque être qui souffre injustement sur cette terre serait la chair du Christ. Cela expliquerait ce que Jésus dit dans les évangiles : "Ce que vous avez fait aux plus petit d'entre les miens c'est à moi que vous l'avez fait" Qu'en pensez-vous ?

Jésus n'est pas venu expliquer la souffrance mais la porter avec nous, à nos côtés, cela change beaucoup de choses, en fait cela change tout. Certaines personnes s'obstinent à vouloir porter seules le fardeau de leur existence, certaines finissent pas désespérer, déprimer, perdre toute envie de vivre à cause de trop de souffrance car elles veulent absolument tout porter seules, parfois inconsciemment ou parce qu'elles n'ont jamais rencontré le véritable Dieu. D'autres choisissent de faire confiance à ce Dieu qui a un visage et s'est révélé, que l'on peut connaitre et avec qui on peut avoir une relation personnelle, ce Dieu qui se fait si proche en Jésus.

Ces personnes découvrent alors que réellement la vie devient bien plus facile à vivre quand nous lui tournons notre coeur. Avec la foi des situations inextricables se résolvent parfois miraculeusement contre toute attente. On réalise alors que cela n'a rien d'une illusion, cela n'a rien de psychologique le psychisme ne peut pas résoudre des situations impossible, voire désespérées, ce que seul Dieu peut si nous lui faisons confiance.

Avec la foi en Dieu, nous parvenons à trouver un véritable sens à nos souffrances et épreuves, nous parvenons à les réorienter pour transformer ce monde plutôt que de nous enfermer dans le fatalisme.

Les épreuves que nous traversons alors ne sont plus absurdes mais trouvent véritablement un sens. Avec la foi, du bien peut sortir du plus grand mal. Et malgré nos souffrances nous demeurons dans la paix et pouvons alors nous décentrer de nous-mêmes, sortir de notre égocentrisme naturel et aller vers les autres pour à notre tour les aider à porter leur croix.

Avez-vous essayé de vous adresser à Dieu pour lui poser ces questions que vous portez dans votre coeur, ces questions que vous posez sur ce forum ? Vous pouvez lui dire à quel point vous trouvez cette croyance en Lui ridicule, absurde, dites lui que vous trouvez même ridicule de lui parler ainsi sans même croire en Lui.... mais parlez lui même dans votre tête car Dieu entend davantage les paroles de notre coeur que celle de nos lèvres, et plus cela vient de notre coeur plus vite Il vous répondra. Et Il ne s'offusquera pas même si vous lui parlez avec colère, en fait il sait déjà tout ce que vous portez mais Il voit que vous préférez jusqu'ici tout porter sans son aide et Il ne vous force pas la main, Il respecte votre liberté, il attent une simple prière de votre part.

Dieu ne force pas la porte de notre coeur, il attend juste que nous la lui entrebâillons. Tentez l'expérience, demandez lui de vous donnez un signe concret de sa présence à vos cotés, de son amour pour vous, et persévérez...

Gabriel - 40 ans - Belgique - posté le 28/02/2017 à 22h19
Gabriel
Hors ligne

"Mais un dieu qui voudrait se soucier de chaque individu, c'est grotesque !"

Si Dieu nous a tous créés personnellement et individuellement, en quoi est ce si grotesque qu'il se soucie de chacun de nous comme si nous étions unique à ses yeux ?

Quand des parents ont 10 enfants, voire parfois plus, est ce qu'il leur est impossible de différencier leurs 10 enfants ou de les aimer chacun personnellement. Combien plus cela est possible pour notre Créateur à l'image duquel nous avons été créés dès l'origine !

---

"D'ailleurs il y aurait beaucoup à dire sur la prétendue liberté et responsabilité de l'homme : notre liberté est limitée par notre patrimoine génétique, notre environnement, notre famille, etc."

Nous avons tous des conditionnements, des blessures de notre enfance qui limitent notre liberté vous avez entièrement raison. Mais il faut parvenir à dépasser ce fatalisme. Dieu est plus grand que tous nos conditionnement et il suffit d'un peu de foi pour qu'il nous en libère et alors comme le dit Jésus lui même "vous connaitrez la Vérité et elle vous rendra libre" vraiment libres.

Combien de personnes dépendantes de la drogue, de l'alcool, de la pornographie ou autre ont été libérées simplement en rencontrant Jésus, en le priant de leur venir en aide, en lui ouvrant leur coeur. Il ne leur a alors fallu aucune thérapie pour être libérées de leur addiction, aucun effort, Dieu les en a libéré, parfois du jour au lendemain, souvent sur quelques années avec comme seul remède la prière confiante, comme un enfant qui parle à ses parents. Pour ma part je peux même en témoigner, j'avais une addiction étant plus jeune dont je ne parvenais pas à me libérer. J'étais alors athée (je n'ai eu la foi que vers 28 ans)

Une dizaine d'année plus tard, alors que cette addiction était de plus en plus ancrée en moi et que rien ne pouvait m'en libérer, je finissais par voir la vie en noir tellement je n'en pouvais plus et ne trouvais aucun moyen d'en sortir, je ne me respectais plus, je me sentais l'ombre de moi même. j'ai rencontré un prêtre qui m'a parlé de Jésus, et puis des chrétiens... et j'ai commencé à tenter de prier Jésus en lui demandant, s'il existe, de me libérer de cette addiction. Au bout d'1 an ou 2 j'en ai été libéré, cela a été progressivement. J'ai un jour rechuté mais alors j'ai prié de plus belle en demandant à Jésus de me relever, et à chaque rechute je lui demandait pardon et le priait de me relever, et chaque fois Il le faisait ce que je pouvais ressentir à la paix intérieure que je ressentais alors. Et rapidement j'ai été totalement libéré, sans thérapie ni rien d'autre que cette confiance en Jésus. Je ne me suis jamais senti aussi libre que depuis ces années.

Cela fait aujourd'hui bien 5 ans que je ne suis pas retombé une seule fois dans cette addiction !

Tant de jeunes pourraient être libérés de leurs dépendances simplement avec un peu de foi en ce Dieu qui nous veut vraiment libre mais ne s'impose pas dans nos vies.

Gabriel - 40 ans - Belgique - posté le 28/02/2017 à 22h57
Gabriel
Hors ligne

Vous disiez en 2015 :

"D'autre part, c'est vrai, j'ai aussi étudié soigneusement les textes religieux à la lumière de la raison et j'ai découvert les aberrations, les contre-vérités, etc. etc. et l'impossibilité absolue d'adhérer."

Je vous invite à lire ceci que je trouve intéressant :

http://www.eglise.catholique.fr/vatican/benoit-xvi/benoit-xvi-en-france/reperes/371952-benoit-xvi-foi-et-raison/

Extrait :

"Le pape Benoit XVI affirme la haute valeur de la raison humaine

La foi chrétienne tient en haute estime la raison humaine. Benoît XVI, après son prédécesseur Jean-Paul II (encyclique Fides et ratio de 1998), est souvent intervenu sur la relation profonde entre la foi et la raison.

Il affirme la haute valeur de la raison humaine qui participe à la recherche de la vérité, en particulier dans les sciences. A Ratisbonne, en septembre 2006, le Pape rappelait que « la foi de l’Eglise s’est toujours tenue à la conviction qu’entre Dieu et nous, entre son Esprit créateur éternel et notre raison créée », s’il existe des dissemblances, « il existe une vraie analogie ». Cela veut dire que le travail de la raison vaut par lui-même et aussi qu’il peut et doit être lié à la vie de la foi.

Joseph Ratzinger l’avait expliqué à la Sorbonne en 1999 : quand les premiers auteurs chrétiens ont présenté leur religion à des païens, ils l’ont située non dans le cadre du monde religieux ambiant (mythes, religion officielle), mais dans la continuité de la philosophie. Pourquoi ? Parce que les religions païennes ne sortaient pas de la sphère humaine, alors que la philosophie se présentait comme une recherche exigeante de la vérité, conduisant à dépasser ce qui est purement humain. Le Dieu qui s’est révélé, survenant dans l’histoire singulière d’Israël, se fait connaître comme vérité toujours plus haute, toujours à chercher. La foi chrétienne, qui est une suite du Christ, fait entrer dans cette recherche. Saint Justin, au IIe siècle, n’hésite pas à parler du christianisme comme de la vraie philosophie."

[Benoît XVI] rappelle que la véritable grandeur de la raison est de chercher la vérité, y compris la vérité concernant la religion. (...) C’est là que la raison humaine apparaît dans toute son ampleur et qu’elle révèle ses potentialités. Il y a là un enjeu non seulement pour les chrétiens, mais aussi pour tous dans une société sécularisée qui risque de ne plus se poser les questions métaphysiques essentielles.