Penpal Tradition est en cours de refonte totale afin d'améliorer, simplifier et adapter l'ensemble des services qui seront 100% gratuits !
Vous serez tenus au courant de l'évolution des travaux.
Les inscriptions sont dorénavant clauses jusqu'à la mise en ligne de la nouvelle version.
Marre de la Pluie

Sauver un animal d'une mort certaine - Page 2

Lancer un nouveau sujet    Répondre à ce sujet    Retour à la liste des sujets / des salons   Bookmark and Share
Terence - 44 ans - France métropolitaine - créé le 23/11/2008 à 09h06
Terence
Hors ligne

Hi there ! / /

Je voudrais que le sujet soit assez large. J'avais d'abord choisi pour titre "Vous est-il arrivé de sauver un animal d'une mort certaine ?" Mais c'était plus restrictif.

Ce fil doit être à la fois le lieu d'histoires vécues par vous-mêmes, le lieu pour évoquer une action personnelle ou celle d'un proche, ou n'importe quel drame avec un happy end concernant un animal.

Mais c'est aussi l'occasion de lancer des S.O.S., de parler d'un chat ou d'un chien abandonné, de donner des conseils à ceux qui hésitent à amener leur animal chez le véto, de parler de la SPA ou d'autres assoces dont la vocation est de sauver un animal.

J'ai pensé à ce sujet en revoyant une nouvelle fois le film "Breezy" de Clint Eastwood (1973), où, au début du film, l'héroïne, prise en stop par un conducteur, s'écrie soudain : "Arrêtez-vous !" La voiture s'arrête. La jeune fille court vers un animal recroquevillé contre le bas-côté, apparemment mort.

C'est un chiot qui a été renversé par une voiture. Il est ensanglanté et ne bouge plus. Puis, une longue plainte déchirante... Le conducteur prendra l'animal dans ses bras, l'allongera sur la banquette arrière et, finalement, sera sauvé.

Ce passage est bouleversant. (Il s'agit d'ailleurs d'un des moments clefs du film.)

Il m'est arrivé moi-même, alors que j'étais ado, de sauver des petits chats d'une mort terrible. J'habitais à la campagne. Je passe chez un voisin... J'apprends que pour s'en débarrasser, il a enterré vivants toute une portée de chatons dans un champ voisin.

J'ai hurlé, je me suis muni d'une pelle et j'ai couru, sans trop y croire, jusqu'à l'endroit... Je les ai déterrés. Cinq étaient morts, deux bougeaient encore, minuscules, leurs petits yeux fermés, englués de terre, de la terre plein la bouche...

Je les ai emportés, nettoyés, et à la surprise de mes parents, chez qui je les avais amenés, il ont survécu. J'en ai donné un à ma petite soeur, j'ai gardé l'autre - ça a été mon premier chat.

_______________________________________________________________

Au passage, je rappelle la loi (c/c) :

L'article 521-1 du Code Pénal :

"Le fait, publiquement ou non, d'exercer des sévices graves (L. n° 2004-204 du 9 mars 2004, art. 50) ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité, est puni de deux ans l'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende."

Par ailleurs, l'article R.654-1 du Code Pénal :

"Le fait, sans nécessité, publiquement ou non, d'exercer volontairement des mauvais traitements envers un animal domestique ou apprivoisé ou tenu en captivité est puni de l'amende prévue pour les contraventions de 4ème classe (750 euros d'amende)."

Enfin, l'article R.655-1 du Code Pénal :

"Le fait, sans nécessité, publiquement ou non, de donner volontairement la mort à un animal domestique ou apprivoisé ou tenu en captivité est puni de l'amende prévue pour les contraventions de 5ème classe (1 500 euros d'amende)."

_______________________________________________________________

Terence / /

« Les seuls êtres réels sont ceux qui n'ont jamais existé. » (Oscar Wilde)

Linlin - 58 ans - France métropolitaine - posté le 24/02/2014 à 12h59
Linlin
Hors ligne

Bonjour.

Je suis bien entendu totalement opposé à tout acte de cruauté. Mais malheureusement la vie est forcement cruelle. Nous sommes nous même le résultat d'une sélection impitoyable où les plus faibles et les moins doués ont été éliminés, la consommation de viande a été l'un des facteurs d'évolution de nos ancêtres chasseurs cueilleurs vers l'homme moderne, si des hommes ont tué des animaux pour se nourrir pendant des millénaires c'est que souvent c'était une nécessité vitale . Il est vrai qu'une alimentation exclusivement végétale est possible mais c'est moins évident pour l'équilibre alimentaire , Il est également vrai que de nos jours en France la consommation de viande est excessive et que pour obtenir des protéines animales il faut faire consommer dix fois plus de protéines végétales à un animal, ce qui est un prodigieux gaspillage. Je suis moi-même éleveur et j'avoue ressentir de la culpabilité quand j'envoie une bête à la mort. j'ai du moi même tuer des animaux, j'ai fait en sorte que la mort soit la plus rapide et indolore possible. Enterrer des chatons vivants pour s'en débarrasser comme le raconte Terence est pour moi une pratique barbare tout comme il en existait beaucoup dans le passé. Anne, vous êtes d'un idéalisme qui vous honore, mais pourquoi se voiler la face , l'être humain est naturellement carnivore, cela ne veut pas dire pour autant qu'il soit dépourvu de tout sentiment. D'ailleurs il ne faut pas non plus idéaliser le monde animal : la cruauté y est également très présente: il suffit de regarder un chat jouer avec une souris qu'il a capturée. Un loup, un lion, un chien ou même un porc vous dévoreraient sans problème s'il en avait l'occasion. Les herbivores entre eux sont également sans pitié au sein d'un troupeau vis à vis des plus faibles; les plus forts se servent en premier et écartent les autres sans remord. Tuer des jeunes animaux nouveaux nés en surnombre est qu'on le veuille ou non également une acte de responsabilité sinon la surpopulation animale serait ingérable.

Il ne faut pas non plus tomber dans un pessimisme déprimant concernant la vie mais aussi savoir que seul l'homme a acquis cette compassion vis à vis des faibles.

Anne03 - 69 ans - France métropolitaine - posté le 24/02/2014 à 19h22
Anne03
Hors ligne

Merci ,"Linlin"de m'avoir répondu !

Il me faudrait d'innombrables pages pour convaincre et je dois être brève. Quelques remarques seulement donc:

- quand nous serons dix ou quinze milliards d'humains, le choix végétarien s'imposera : il sera dicté par la nécessité Nous n'aurons pas les moyens de répondre à la demande croissante de viande.Un agriculteur peut nourrir jusqu'à 30 personnes avec des légumes, des céréales ..., si cet hectare est consacré à la production de viande, il ne peut nourrir que 10 personnes au maximum.

- selon la FAO les élevages sont responsables de 70% de la déforestation, ils sont responsables de 80% de la destruction de la forêt amazonienne ; au Brésil 10 millions d'hectares ont disparu en dix ans pour faire de la place à 200 millions de bêtes, etc.

- dans un kilo de volaille il y a 4 tonnes d'eau virtuelle ; dans un kilo de mouton, 9 tonnes ; dans un kilo de boeuf, 15,5 tonnes...

- si l'on remplace les boeufs par des haricots, on réduit les émissions de gaz à effet de serre de 90%

- conditions de détention des animaux d'élevage le plus souvent ignobles,

de la souffrance du début à la fin , mauvais traitements,agonie, peur visible de l'animal quand il va être tué,etc ( suite prochain message)

Anne03 - 69 ans - France métropolitaine - posté le 24/02/2014 à 19h49
Anne03
Hors ligne

SUITE

- l'homme n'a mangé de la viande il y a seulement 450 000 ou 800 000 ans, à l'apparition du feu et par manque de végétaux .La viande a sans doute été utile à son développement mais ce n'est plus le cas aujourd'hui , même si depuis des millénaires, on nous inculque que force et virilité sont liés à la viande.( cf témoignages contraires de Jake Shieds, champion de combat libre, végétarien ; cf. Carl Lewis et Bode Miller, champion olympique et Edwin Moses, et Dave Scott, etc. etc. tous champions et végétariens.

- Certes les animaux semblent "cruels" entre eux mais ils n'en n'ont pas conscience. Notre supériorité d'humain est l'empathie, la pitié..., le refus de faire souffrir un être sensible qui est à notre merci.

En bref, les végétariens comptent le même pourcentage de salauds. Mais que les partisans du régime carné reconnaissent simplement qu'ils le font pour X raisons : plaisir du goût , facilité d'alimentation,etc. mais avouent qu'ils participent à la cruauté du monde et qu'ils cessent leur sentimentalisme facile devant un chaton ou un panda. C'est l'incohérence des attitudes que je juge révoltante... Et je continue à penser qu'il n'y à rien globalement de bon à attendre d'êtres qui se comportent de façon aussi horrible avec les animaux.

Linlin - 58 ans - France métropolitaine - posté le 15/03/2014 à 14h34
Linlin
Hors ligne

Encore une fois , Je déplore bien entendu le côté tragique de la vie et je suis même persuadé que l'humanité est obligée de devenir plus végétarienne si elle veut survivre au formidable défit de la surpopulation et de l'épuisement des ressources. Sûrement aussi que beaucoup de consommateurs de viande n'ont aucune idée du sacrifice de l'animal qui va leur servir d'aliment.

Toutefois si l'ensemble de la population mondiale devenait végétarien, cela ne voudrait pas dire qu'il ne faudrait plus tuer d'animaux , il faudrait de toute façon limiter leur population d'une manière ou d'une autre car ils deviendraient dangereux ou entreraient en concurrence avec l'être humain pour les ressources alimentaires ou encore causeraient des problèmes d'hygiènes et de transmission de maladies. Bien entendu de nombreuses espèces domestiquées depuis des millénaires disparaîtraient car inadaptées à toute vie sauvage et devenues inutiles.

Donc proscrire la cruauté , je suis forcement d'accord car la cruauté suppose l'indifférence voire la prise de plaisir face à la souffrance d'autrui , limiter toutes souffrances inutile est un devoir. le gaspillage de protéines animales est un scandale . Certaines méthodes d'élevage intensif devraient aussi être interdites. Mais vouloir supprimer toute mise à mort d'animaux, c'est ignorer la réalité de la condition de la vie terrestre. Je connais des bouchers qui malgré leur profession aiment leurs animaux et cela n'est en aucun cas une contradiction pour eux.

D'ailleurs si des personnes sont hypocrites en sauvant des animaux tout en mangeant un steak, que dire des consommateurs qui achètent des produits au meilleur prix sans se soucier des conditions de travail parfois proche de l'esclavage des ouvriers qui les ont fabriqués. C'est à mon avis beaucoup plus inacceptable , puisque là ce sont des être humains qui souffrent.

je suis le cas typique du gars qui mange de la viande mais qui peut être attendri par un chaton sans défense. c'est ainsi je n'y peut rien. Ce comportement a eu cours au sein de l'humanité depuis ses débuts. Ce n'est pas moi qui ai édicté cette règle du jeu que vous qualifiez d'incohérente et qui vous fait penser que l'humanité est forcement mauvaise. Votre conclusion est beaucoup trop simpliste.