Penpal Tradition est en cours de refonte totale afin d'améliorer, simplifier et adapter l'ensemble des services qui seront 100% gratuits !
Vous serez tenus au courant de l'évolution des travaux.
Les inscriptions sont dorénavant clauses jusqu'à la mise en ligne de la nouvelle version.
Marre de la Pluie

"Dieu m'invente chaque jour avec moi-même" - Page 3

Lancer un nouveau sujet    Répondre à ce sujet    Retour à la liste des sujets / des salons   Bookmark and Share
Membre inconnu - créé le 14/10/2013 à 23h38
Désinscrit

"Oui j'adore Ta Toute Puissance. Mais comme une Puissance d'Amour. Et je crois que cet Amour n'aliène pas l'homme, mais le construit et le libère.

Merci Seigneur de m'avoir créé et appelé à devenir un fils qui collabore librement à ton dessein bienveillant. Par la nouveauté de chaque matin, et la hâte de chaque soir, j'aime notre silencieux rendez-vous, celui de notre amoureuse collaboration, notre respectueuse complicité.

Matin et soir Tu me devances. Tu es toujours le premier, Tu visites le jardin intérieur de mon coeur. Brise légère, fugitive clarté. A genoux sur la rive du temps qui passe, j'attends tout de Toi, Tu attends tout de moi. Là, priant, enveloppé de Ton invisible présence, je me laisse aimé et façonné à la mesure de ton amour.

Comme il est bon, Seigneur, d'être là tous les deux, pour se reposer et travailler ensemble car rien n'est à la fois plus gratuit et plus agissant que l'amour. Quel merveilleux moment que ce temps de prière silencieuse. Quelle secrète et grande activité. C'est peut-être la plus grande de ma journée. Je sais que tu travaille sans cesse, que tu ne veux rien faire sans moi. Et j'apprécie beaucoup Seigneur cette délicatesse.

Je veux te laisser être Dieu, faire ton métier de Dieu, afin que je puisse être un homme et faire mon métier d'homme. Dans le silence de ma prière que je consente à ta parole, à la vie au don de ton esprit, que je consente à ton action en moi, et à travers moi à ton action dans le monde. Qui agit Seigneur, toi ou moi ? Ton amour ou ma liberté ?

« Tous les deux mon fils Car le lieu où j'aime le plus créer, me révéler et travailler c'est le sanctuaire de ton coeur. De ta conscience éveillée. L'histoire des hommes, vois-tu nous la ferons ensemble. C'est le beau risque de mon amour, c'est le beau risque de ta liberté. »"

Michel Hubaut

Anne03 - 68 ans - France métropolitaine - posté le 08/10/2015 à 10h18
Anne03
Hors ligne

... Je ne connaissais pas ces phrases du Pape au sujet des femmes ; elles sont encourageantes.

Mais qu'il y a loin de la parole aux actes ! Les mots sont faciles ! J'attends dons des faits concrets montrant que les femmes jouent désormais un rôle

aussi important que celui des hommes dans l'Eglise catholique. Je vais les surveiller attentivement...

Membre inconnu - posté le 08/10/2015 à 11h25
Désinscrit

Oui Anne, comme quoi il vaut mieux privilégier les médias catholique (lacroix, aleteia etc.) plutot que les médias du système qui nous conditionnent et filtrent une grande partie de ce qui se dit et ce qui se fait dans l'Eglise, sans parler des propos retransmis hors contexte. Ainsi beaucoup finissent par avoir une image biaisée de l'Eglise. Certes il y a des scandales, et on sait ce que Jésus en dit (Mt 18:6 *), mais il n'y a pas que ça !

(*) Mais si quelqu'un doit scandaliser l'un de ces petits qui croient en moi, il serait préférable pour lui de se voir suspendre autour du cou une de ces meules que tournent les ânes et d'être englouti en pleine mer.

N'oublions pas que l'Eglise a une partie terrestre et une partie divine. La partie terrestre est constituée de pécheurs comme vous et moi. Certes elle est appelée à la sainteté. Personnellement je préfère me montrer plus dur envers moi même et indulgent et miséricordieux envers mon prochain (qu'il soit dans l'Eglise ou non). On change plus facilement le monde en commençant par se réformer soi même, en essayant d'être chaque jour un peu meilleur, à adoucir notre coeur, à être témoin de l'amour de Dieu plutot que d'attendre que les autres le deviennent pour commencer à nous remettre en question. Il est aussi utile de changer notre regard sur le monde, de voir ce qui est beau, les belles choses que Dieu ne manque pas de susciter de la part des hommes et femmes de bonnes volonté (actes de charités, entraides etc.). C'est ainsi que nous nous ouvrons petit à petit à l'espérance en voyant que le Malin n'est pas seul à agir ici bas (par l'intermédiaire des hommes qui préfèrent l'écouter lui que la voix de Dieu). Si c'était le cas le monde serait un chaos invivable.

Evidemment l'Eglise se doit d'être prophétique dans le monde dans lequel nous vivons et témoigner de la sainteté du Christ qui se trouve à sa tête. On a donc tendance à être moins indulgent envers elle. Mais n'oublions jamais que la mesure que nous utilisons pour juger (ou pardonner) notre prochain sera celle qui sera utilisée envers nous. (Mc 4, 21-25 et aussi le Notre Père : pardonne nous nos offenses comme nous mêmes pardonnons à ceux qui nous ont offensés) Essayons toujours d'avoir un regard bienveillant envers les pécheurs en n'oubliant jamais que nous le sommes-nous même et que Dieu a un regard bienveillant envers nous. (cfr. la parabole du serviteur impitoyable) Haïssons le mal mais aimons le pécheur qui ne doit jamais être réduit à ses actes. S'il y a un fruit important à retirer du pontificat du Pape François c'est bien la miséricorde, l'année de la Miséricorde qui s'ouvre en décembre prochain en est un grand signe. Saisissons cette chance ! Agissons envers notre prochain comme nous même aimerions qu'il agisse envers nous.

Anne03 - 68 ans - France métropolitaine - posté le 09/10/2015 à 14h25
Anne03
Hors ligne

Heaven, que signifie cette phrase que vous citez :

" La vierge Marie est née préservée du péché originel "

Mais quel est donc pour vous ce "péché originel" ? Serait-ce l'acte sexuel ?...

Comment arriver à croire que Jésus a été conçu par le "Saint-Esprit" .

Je veux bien admettre que certains êtres arrivent à croire des choses qui dépassent l'entendement, mais à ce degré là, je suis stupéfaite par une telle crédulité.

Par ailleurs, si Marie ne pouvait pas pécher, où était sa liberté ?...

Membre inconnu - posté le 09/10/2015 à 18h56
Désinscrit

Bonjour Anne,

Avant que Dieu ne puisse s'incarner en Jésus Christ il a fallut tout un temps de préparation et de purification du coeur des hommes. Jésus ne pouvait pas s'incarner dès les premiers hommes par exemple étant donné que c'est par nos premiers parents que l'homme est tombé dans la mort par sa désobéissance (nous sommes tous en Adam et Eve, quelque part ils représentent tous les deux l'ensemble de l'humanité). Il falait donc une nouvelle humanité, un nouveau germe, par laquelle l'homme puisse retourner à la Vie par son obéissance. Seul Dieu pouvait accomplir cela, l'homme en étant incapable car n'étant pas Dieu, même si encore aujourd'hui son plus grand rêve est de devenir dieu (mais pas selon les règles du Ciel : humilité, patience, paix, miséricorde, amour ; mais tout l'opposé).

Dieu a donc préparé son incarnation pendant plusieurs millénaires (ce que l'on voit dans l'AT où l'homme est encore très barbare et violent - ce dont on accuse souvent par erreur et à cause d'une mauvaise interprétation des textes de l'AT, Dieu lui-même), cela s'est fait d'abord à travers l'alliance entre Dieu et le peuple juif (Israël). Avant d'envoyer son Fils, Dieu a envoyé des prophètes.

Après ce temps de préparation, où de nombreux prophètes sont intervenus pour faire connaitre la volonté de Dieu à son peuple et de le secouer afin qu'il fasse enfin ce qui est bien - d'abord par le biais de la loi de Moïse -, Dieu a suscité une nouvelle Eve (le Nouvel Adam étant Jésus), qui devait obligatoirement être exempte de tout péché pour pouvoir porter au monde le Sauveur et initier la nouvelle ère où l'homme, plutot que de poursuivre sa déchéance, commencerait une assension retour vers le Père, par son obéissance non plus à une loi (Moïse) mais par l'obéissance même de Jésus dont nous devenons par notre foi les membres (cfr. l'image de la Vigne et des sarments). Par Jésus nous sommes à nouveau dans la Lumière et tous nos actes deviennent libres, nous devenons à nouveau capables de discerner le bien et le mal et d'agir envers nos frères comme Dieu agit envers nous (en leur pardonnant leurs offenses, en les servant par la charité, et en les aimant). En tout cas si nous sommes sincères dans notre foi et notre conversion. (il y a des chrétiens par qui surviennent des scandales, mais tâchons de voir aussi ceux par qui l'amour de Dieu arrive dans notre monde !) Jésus dit bien que si nous l'aimons nous ne sommes plus des esclaves (de la loi) mais des enfants de Dieu, nous sommes de nouvelles créatures, nous devenons ses amis. Ce n'est plus nous qui agissons (par aveuglement car encore dans les ténèbres) mais c'est Jésus qui agit à travers nous (du fait que nous sommes à nouveau dans la Lumière de Dieu). Ce n'est plus l'homme qui se fait dieu en se coupant de Dieu, mais Dieu qui rejoint l'homme et fait de lui un dieu par participation à travers son Fils.

...

Membre inconnu - posté le 09/10/2015 à 19h05
Désinscrit

...

La Nouvelle Eve et le Nouvel Adam sont donc chargés de nous réconcilier avec Dieu, non que ce soit Dieu qui soit en colère contre nous (toute la Bible prouve le contraire, combien Dieu est patient et miséricordieux et sa colère ne vise qu'à détruire le mal que nous commettons et non à détruire l'homme lui-même. En aucun cas ! car l'homme est éternellement aimé de Dieu et la preuve est qu'Il a accepté que l'homme tue son Fils unique pour que par Lui l'homme soit racheté et sauvé. Pure folie que celle de l'amour de Dieu ! Aucun homme n'aurait pu inventer cela !

Cette réconcilliation a lieu à travers Marie par son obéissance alors même qu'elle ne comprenait pas tous les projets de salut de Dieu et qu'un glaive de douleur lui traverserait le Coeur en voyant combien son Fils devait souffrir non pas par la volonté de Dieu mais celle des hommes (cfr. la paraboles des vignerons homicides qui commencent par tuer les messagers de leur maître - les prophètes - et ensuite s'en prennent à son fils, l'héritier - Jésus) ; et Jésus par son sacrifice sur la Croix, sachant que l'homme en raison de sa blessure originelle est incapable d'accueillir la véritable paix et le véritable amour ("Je fais le mal que je hais et je ne parviens pas à faire le bien que je voudrais faire" - Romains 7:19) et allait donc exiger que Celui qui incarne cette paix et cet amour (Dieu étant un Dieu d'amour et de paix) soit mis à mort. On le constate tous les jours, ici bas l'amour (le vrai qui est don de soi et sacrifice et non pas sentimental) n'est pas aimé, la paix pas davantage (vous le déplorez vous même à juste titre). L'homme est incapable de pardonner. La raison est uniquement cette blessure originelle dont seul Jésus peut nous libérer.

Par cette mise à mort, Dieu plutot que de se venger de ses bourreaux (Il savait bien que l'homme n'agissait que par aveuglement : "pardonne leur cas ils ne savent pas ce qu'ils font") permet que son Fils (le Christ étant Dieu, Il est lui-même libre de donner sa vie comme de la reprendre) prenne sur lui toute la colère de son Père (non pas, encore une fois, contre l'homme, mais contre le péché que le Christ a pris sur Lui). Jésus entre donc tout comme l'homme dans le passage de la mort, mais étant Dieu et en communion avec son Père (nous chrétiens croyons en un seul Dieu en 3 personnes) il est ressuscité et nous ressuscite avec Lui. Par Lui Dieu nous guérit et nous redonne notre dignité de fils et de filles. En effet, en remontant vers son Père, le Christ nous attire à Lui ("J'attirerai tous les hommes à moi"), mais nous restons libres de le suivre ou de le rejeter, là se joue notre éternité. (Nous pouvons faire ce choix pour ou contre Dieu jusqu'à notre dernière heure donc rien n'est jamais perdu tant que nous sommes ici bas - cfr. parabole de "l'ouvrier de la première et de la dernière heure")

Membre inconnu - posté le 09/10/2015 à 19h10
Désinscrit

...

Car Dieu a tant aimé le monde qu'Il veut que tous soient sauvés ; MAIS Il respecte infiniment notre liberté car nous ne sommes pas des robots ni des marionnettes.

Pour en revenir au péché originel, il consiste en une blessure suite à une désobéissance où l'homme a voulu se faire dieu plutot que de recevoir se divinité et sa dignité de Dieu. C'est ce qui est raconté dans la Genèse. A ne pas interpréter certes littéralement, la réalité est bien plus profonde et ne peut être que comprise avec l'aide de l'Esprit Saint (2ème personne divine), les mots humains sont incapables de traduire ce mystère (seul la foi permet de le comprendre car c'est alors l'Esprit de Dieu lui même qui nous donne l'intelligence nécessaire, celle du coeur, pour entrer en profondeur dans ce mystère éternel). La racine de ce péché originel demeure l'orgueil (toujours actuel), où l'homme cherche à s'émanciper et à devenir son propre dieu, préférant lui même déterminer sans l'aide de la lumière divine ce qui est bien et ce qui est mal. On voit tous les jours où cela nous mène.

L'homme est un peu comme un papillon qui préférerait fuir la lumière pour être "libre" dans l'obscurité. Alors que sa véritable liberté se trouve dans la lumière. On peut aussi prendre la comparaison de la chenille qui préfère ramper sous terre - perdant son identité profonde - plutot que de se laisser transformer en papillon et rejoindre le Ciel en trouvant son identité véritable. Cette lumière brûle évidemment (tout comme le Coeur de Dieu brûle d'amour pour nous, cet amour nous purifiant), ce qui fait fuir l'homme aussi longtemps qu'il refuse de reconnaitre qu'il a besoin de Dieu. (Jean 1 *) Cette Lumière nous débarrasse de tout ce qui nous alourdit spirituellement. Il y a pas mal de parabole dans le Nouveau Testament qui parlent de cela. Je pense par exemple au sarment qu'on émonde, ou à la pépite d'or ou pierre précieuse qui se trouve sous une couche de boue et qui après avoir été purifiée et nettoyée retrouve sa véritable beauté et identité.

Membre inconnu - posté le 09/10/2015 à 19h10
Désinscrit

---

(*) Jean 1,1

Au commencement était le Verbe et le Verbe était avec Dieu et le Verbe était Dieu.

1,2 Il était au commencement avec Dieu.

1,3 Tout fut par lui, et sans lui rien ne fut.

1,4 Ce qui fut en lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes.

1,5 et la lumière luit dans les ténèbres et les ténèbres ne l'ont pas saisie.

1,6 Il y eut un homme envoyé de Dieu ; son nom était Jean.

1,7 Il vint pour témoigner, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous crussent par lui.

1,8 Celui-là n'était pas la lumière, mais il avait à rendre témoignage à la lumière.

1,9 Le Verbe était la lumière véritable, qui éclaire tout homme ; il venait dans le monde.

1,10 Il était dans le monde, et le monde fut par lui, et le monde ne l'a pas reconnu.

1,11 Il est venu chez lui, et les siens ne l'ont pas accueilli.

1,12 Mais à tous ceux qui l'ont accueilli, il a donné pouvoir de devenir enfants de Dieu, à ceux qui croient en son nom,

1,13 lui qui ne fut engendré ni du sang, ni d'un vouloir de chair, ni d'un vouloir d'homme, mais de Dieu.

1,14 Et le Verbe s'est fait chair et il a habité parmi nous, et nous avons contemplé sa gloire, gloire qu'il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité.

1,15 Jean lui rend témoignage et il clame :"C'est de lui que j'ai dit : Celui qui vient derrière moi, le voilà passé devant moi, parce qu'avant moi il était. "

1,16 Oui, de sa plénitude nous avons tous reçu, et grâce pour grâce.

1,17 Car la Loi fut donnée par Moïse ; la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ.

1,18 Nul n'a jamais vu Dieu ; le Fils unique, qui est tourné vers le sein du Père, lui, l'a fait connaître.

Membre inconnu - posté le 09/10/2015 à 19h22
Désinscrit

"Par ailleurs, si Marie ne pouvait pas pécher, où était sa liberté ?..."

Si vous comprenez que le péché consiste à faire le mal que l'on ne voudrait pas faire (tous les jours on commet des actes que l'on regrette, par exemple blesser avec des mots telle personne, être égoïste, ou avoir du mal à pardonner telle offense... ou encore toutes nos dépendances, la drogue, la pornographie, etc.) vous comprenez alors que le péché n'est pas la liberté.

Vous me direz que vous n'avez pas toujours conscience que ce que vous faite est mal, finalement nous avons tous notre propre définition subjective de ce qui est bien ou mal (en raison de la fameuse blessure originelle). C'est pourquoi il est tellement nécessaire d'éduquer notre conscience. C'est le rôle de l'Eglise et de l'enseignement qu'elle a reçu du Christ et a le devoir de transmettre fidèlement. Non de nous dire ce que nous devons faire mais nous aider à discerner ce qui a été voulu par Dieu de toute éternité, à la lumière des écritures et avec l’intelligence donnée par l'Esprit de Dieu. Aucune homme ne pourra jamais détenir une telle intelligence et Sagesse, seul Dieu peut nous la donner si nous nous tournons résolument vers Lui. Même si nous ne comprenons pas tout humainement au départ, l'Esprit Saint nous éclairera ensuite et nous comprendrons alors des choses qui nous étaient jusqu'alors cachées.

Matthieu 11, 25-30

En ce temps-là, Jésus prit la parole : "Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l'as révélé aux tout-petits. Oui, Père, tu l'as voulu ainsi dans ta bonté. Tout m'a été confié par mon Père ; personne ne connaît le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît le Père, sinon le Fils, et celui à qui le Fils veut le révéler. Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos. Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos. Oui, mon joug est facile à porter et mon fardeau léger."

La liberté véritable ne consiste par à faire tout ce qui s'offre à nous et qui nous attire, sans être capable de discerner si c'est bien ou non pour nous, la liberté réside dans notre capacité à dire "ceci est foncièrement bon, je le fais" ou "ceci est mal - même si cela se présente à moi sous un masque de bien - et je refuse de le faire", "telle passion risque de me rendre esclave et de me faire perdre ma vraie liberté, je m'y oppose". Etre maitre et responsable de ses actes, être capable d'aimer même notre pire ennemi non pas parce que nous approuverions ses actes mais parce que nous reconnaitrions en lui un être profondément aimé de Dieu et pécheur tout comme nous, aussi grave soit sa faute.

Aucun homme n'en est capable sans l'aide de Dieu. Aimer notre frère en puisant l'amour dans le Coeur de Dieu.

C'est l'esprit du Mal qui cherche à nous faire croire que la liberté réside dans le péché, alors que ce n'est qu'esclavage

Anne03 - 68 ans - France métropolitaine - posté le 14/10/2015 à 16h09
Anne03
Hors ligne

On ne tue pas un souffle, un vent, une odeur, on ne tue pas un rêve, une aspiration. Dieu fabriqué par les mortels à leur image n'existe que pour rendre possible la vie quotidienne malgré le trajet de tous vers le néant. Tant que les hommes auront à mourir, une partie d'entre eux ne pourra soutenir cette idée et inventera des subterfuges. On n'assassine pas un subterfuge, on ne le tue pas. Ce serait même plutôt lui qui nous tue : car Dieu met à mort tout ce qui lui résiste. En premier lieu la raison, l'intelligence, l'esprit critique. Le reste suit par réaction en chaîne ...